Considérées à juste titre comme « réservoirs de pilotes », les écoles de vol à moteur jouent un rôle très important dans le développement des aviations privée et commerciale. Ce sont elles qui offrent la formation de base pour le brevet de pilote privé PPL, première étape nécessaire aux futurs professionnels. L’école de vol à moteur de l’Air Club d’Yverdon-les-Bains (CH-RF 110 104) est reconnue par et dispose donc d’une autorisation de l’Office Fédéral de l’Aviation Civile (OFAC). Elle forme chaque année en théorie et en pratique de nombreux pilotes, dont certains pourront envisager par la suite une carrière professionnelle. Cette étape ultérieure devra cependant se concrétiser dans une école spécialisée dite FTO, Flight Training Organisation. Notre école permet également l’obtention d’une licence à moindre coût dite LAPL (Light Aircraft Pilot Licence) réservée au seuls vols de plaisance, avec emport de passagers possible..

La Suisse, comme 27 autres pays de l’Union a adhéré en 2006 à l’Agence Européenne pour la Sécurité de l’Aviation (AESA). Cette instance permet d’obtenir deux types de licences de pilotes privés au sein d’écoles reconnues :

Licence LAPL(A)

La « Light Aircraft Pilot Licence (Avion) » permet de voler dans la région AESA (Europe), sur des avions monomoteurs d’une masse maximale de 2’000 kg. Elle autorise l’emport de 3 passagers (maximum 4 personnes à bord) à partir d’une expérience de 10 heures de vol acquise après le brevet. L’exigence légale implique un minimum de 30 heures de formation pratique. Il s’agit donc d’une possibilité économique de devenir pilote.

Licence complète PPL(A)

La « Private Pilot Licence (Avion) » permet de voler partout dans le monde, de façon non commerciale, y compris dans les zones contrôlées autorisées aux VFR avec autorisations obtenues par radiotéléphonie. L’exigence légale implique un minimum de 45 heures de formation pratique. Cette licence PPL(A) permet d’exercer, dans l’espace national et international, sans rémunération, avec passagers à bord, les fonctions de pilote commandant de bord sur tous types d’avion pour lesquelles le pilote détient une qualification valable.

licences

Licence acquise :

Licence en poche, vous pourrez poursuivre votre formation et prétendre à différentes extensions (qualifications) comme le vol de nuit, le vol sur un type d’avion différent de celui sur lequel vous avez été formé, le vol et atterrissage sur glacier, la voltige aérienne. Les deux licences permettent à leur détenteur de piloter sans équivalence des avions immatriculés dans tous les pays de l’espace européen AESA.

Vous pouvez soit commencer par la LAPL(A) puis faire le complément de formation pour obtenir la PPL(A), soit vous lancez directement dans la PPL(A). Nous conseillons la première option : il est bon d’acquérir d’abord une certaine expérience aéronautique, puis de découvrir d’autres possibilités par la suite. Cette façon de faire se révèle souvent plus économique.

Tout un chacun peut devenir pilote. Le plus étonnant est que les jeunes peuvent commencer à voler avant d’avoir l’âge de conduire ! Le caractère particulier du vol de loisir implique généralement un contrôle des capacités physiques et mentales du pilote privé. Ce contrôle ne fixe pas de limite d’âge haute pour le pilote : seule sa capacité au moment de l’examen est prise en compte. En Suisse, le statut d’élève-pilote est subordonné à l’obtention d’un certificat d’aptitude physique et mentale LAPL ou de classe 2 pour la PPL, délivré par un médecin titulaire d’une qualification de médecine aéronautique et à une adhésion obligatoire à une école reconnue, telle que la nôtre.

Considérées à juste titre comme  « réservoirs de pilotes », les écoles jouent un rôle très important dans le développement de l’aviation. Ce sont elles qui offrent la formation pour les licences de base, étape nécessaire aux futurs pilotes privés ou professionnels. L’école de vol à moteur de l’Air Club d’Yverdon-les-Bains (CH-RF 110 104) est reconnue par l’Office fédéral de l’aviation civile et forme ainsi chaque année de nombreux pilotes, dont certains poursuivent une carrière dans l’aviation professionnelle. Exigences de l’OFAC : L’Office Fédéral de l’Aviation Civile est responsable sur le plan national de la réglementation des licences, se basant sur les normes AESA (normes européennes) :

Exigences de l’OFAC :

  • Être âgé de 17 ans au moment de l’examen final
  • Visite médicale auprès d’un médecin conseil agréé par l’OFAC
  • Un minimum d’heures de vol est exigé (45/PPL et 30/RPPL)
  • Réussite de l’examen théorique et pratique

La Théorie :

  • 010 – Réglementation aéronautique
  • 020 – Connaissance générale de l’aéronef
  • 030 – Performances et planification de vol
  • 040 – Performances Humaines
  • 050 – Météorologie
  • 060 – Navigation Générale
  • 065 – Radionavigation
  • 070 – Procédures Opérationnelles
  • 080 – Principes du Vol
  • 090 – Communication VFR

La Pratique :

  • Formation de base
  • Procédures standard dans la zone d’aérodrome
  • Situations inhabituelles et procédures d’urgence 1ère partie
  • Phase d’assimilation et premiers vols seul à bord
  • Vols sur campagne 1
  • Situations inhabituelles et procédures d’urgence 2ème partie
  • Vols sur campagne 2
  • Maintien de l’assiette de vol aux moyen des instruments (seulement PPL)
  • Radionavigation (seulement PPL)
  • Radiotéléphonie

Qualifications supplémentaires :

  • avion à train rentrant (RU Retractable Undercarriage),
  • avion à train classique (TW Tail Wheel),
  • avion à hélice à pas variable (VP),
  • voltige (figures simples et inversées),
  • montagne (pour atterrir sur les altisurfaces et altiports),
  • qualification de classe SEP(h) hydravion, (non fournie par l’école)
  • FI (Flight Instructor instructeur de vol),
  • vol de nuit (VFR [Visual Flying Rules] de nuit),
  • qualification propre à certains aérodromes (non fournie par l’école)

Qualifications spécialisées :

  • MEP (Multi Engine Piston avions multimoteurs à piston),
  • IFR (Instrument Flying Rules , c’est-à-dire le vol aux instruments),